Bureau Anbar … Un bâtiment caractérisé par l’architecture orientale et occidentale

Damas -SANA / La maison Damascène est un monde enchanteur ayant des caractéristiques exceptionnelles, qui attirent l’individu pour flâner dans ses couloirs, notamment si les maisons antiques et authentiques étaient comme le bureau Anbar, considéré comme la deuxième plus grande maison de Damas, dans laquelle les éléments de beauté s’étalant sur une grande superficie se mélangent avec des sculptures architecturales et des décorations minutieuses qui ornaient ses parties.

Le bureau Anbar n’était pas uniquement une belle maison de Damas, mais après son inauguration il y a 150 ans, il s’est transformé en une école d’où les personnalités nationales et culturelles les plus éminentes ont obtenu leurs diplômes, dont le poète Khalil Mardam Bey, auteur de l’hymne arabe syrien, Badawi al-Jabal, Nizar Qabbani, l’ancien président Choukri al-Kouatli, le médecin Hosni Sabbah et d’autres qui avaient des empreintes importantes dans l’histoire de la patrie.

Quant à l’importance historique du bureau, le directeur de la Direction de la vieille ville de Damas, Mazen Ferzli, a fait savoir à SANA que ce bâtiment est considéré parmi les maisons damascènes les plus complètes concernant sa superficie et les éléments architecturaux après le Palais Al-Azem, soulignant qu’il est composé de trois parties, la 1ère est « Salamlek », pour hommes, la 2e est « Haramlek », pour femmes, et la 3e est pour les bonnes.

Il a indiqué que le bureau Anbar ne s’était jamais utilisé comme maison, puisque les autorités d’occupation ottomanes l’avaient confisqué de son premier propriétaire, Youssef Anbar, à cause de l’accumulation de dettes avant de s’y ajouter des parties et de porter le nom « Bureau », qui signifiait un lieu pour écrire, soulignant que ce bâtiment avait été utilisé comme école pour les différents cycles scolaires depuis le dernier tiers du XIXe siècle jusqu’aux années soixante-dix, lorsque le travail s’y était arrêté en tant qu’établissement pédagogique pour qu’il porte au début des années quatre-vingt le nom « Palais de la Culture » et pour qu’il soit adopté comme « siège de la vieille de Damas ».

En ce qui concerne la superficie de la maison, Ferzli a fait savoir qu’elle atteint 4000 m², qui constitue une grande superficie, c’est pourquoi elle a été considérée comme un Palais après le Palais al-Azem, indiquant que de tels palais se trouvent également dans certains quartiers de Damas.

R.Khallouf / A.Ch.

Check Also

Atelier de travail entre l’Université de Damas et l’Université d’Ulster britannique sur le classement des universités

Damas-SANA / Un atelier de travail a été organisé aujourd’hui dans la salle de conférences, …