Chebel : L’embargo visant la Syrie constitue une guerre

Moscou-SANA / Le Conseillère spéciale à la présidence de la République, Luna Chebel, a affirmé que les visites mutuelles entre les deux parties, syrienne et russe, ne s’étaient point arrêtées depuis de longues années, disant : « Je suis chargée de la présidence syrienne de tenir certaines réunions avec des responsables russes dans le cadre de l’action de l’Etat en général et il n’y a rien de particulier ».

Dans une interview qu’elle a accordée à la TV « Russia Today », Chebel a indiqué que l’embargo visant la Syrie est une guerre et que le fait de le briser constitue l’un des moyens défensifs menés par l’Etat syrien pour faire face à cette guerre.

Chebel a précisé que l’Etat syrien est dans un état de guerre et que l’embargo occidental injuste qui le vise avait pour objectif de paralyser l’économie et de prendre pour cible les conditions de vie des citoyens, affirmant que l’Etat syrien tente de briser l’embargo et qu’il avait pu le briser par le biais de plusieurs moyens et assurer les besoins de première nécessité des citoyens.

« Les mesures unilatérales visant le peuple et l’Etat syrien constituent une guerre. Il était prévu que les pays occidentaux, qui ont soutenu les terroristes et déclenché une guerre contre la Syrie, échoueront dans la réalisation de leur objectif et de passer à la conjoncture économique », a-t-elle dit, faisant savoir que l’embargo est une guerre et que le fait de le briser constitue l’un des moyens défensifs contre cette guerre.

Répondant à une question sur le soutien économique russe à la Syrie, Chebel a fait noter : « Il est normal que la Syrie demande tout ce qui est possible de l’allié russe qui présente toujours tout ce qu’il peut le faire que ce soit dans la guerre ou actuellement dans la conjoncture économique », indiquant que le rôle russe était efficace dans la levée et l’allègement de la souffrance du peuple syrien que ce soit par le soutien direct ou par les échanges commerciaux entre les deux pays.

Quant aux relations syro-iraniennes, Chebel les a qualifiées d’ « historiques et enracinées », assurant que ces relations existent depuis quatre décennies, car elles se basent sur le respect mutuel, les intérêts communs et les principes fondamentaux , dont la non-ingérence dans les affaires des autres.

Chebel a fait savoir qu’ « Israël » est une entité d’occupation tout au long de l’histoire et qu’il avait soutenu le terrorisme en Syrie et contribué à la guerre qui la vise.

Elle a en outre indiqué que les agressions israéliennes répétées contre les territoires syriens s’inscrivent dans le cadre du soutien apporté aux terroristes.

Questionnée sur la Turquie et son occupation des parties des territoires syriens, Chebel a affirmé que le régime turc se préparait avant la guerre pour la domination de l’idéologie extrémisme, radicale, de frères musulmans et d’al-Qaïda dans la région.

Et Chebel de poursuivre : « Le régime turc a établi des camps à la frontière même avant le début de la guerre en Syrie », soulignant que des responsables turcs étaient venus en Syrie pour réclamer publiquement de donner un rôle politique au réseau des Frères musulmans dont les mains ont été entachées de sang et qui est classé comme réseau terroriste.

Répondant à une question sur les possibilités d’engager un dialogue avec la milice des « FDS », Chebel a fait savoir que les rencontres et les dialogues sont un principe pour le gouvernement syrien, disant : « L’Etat syrien n’épargne aucun effort dans toute initiative ou tout dialogue avec n’importe quelle force loin de toute ingérence étrangère ».

Au terme de l’interview, Chebel a remercié les forces armées russes pour tous les sacrifices qu’elles avaient consentis lors de leur participation à la guerre contre le terrorisme aux côtés de la Syrie.

A.Ch.

Check Also

Nouvelles superficies pour cultiver la Rose damascène

Damas-SANA/ Encouragée par le ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire et soutenue par …