Début de la réunion syro-russe pour le suivi des travaux de la conférence internationale sur le retour des réfugiés

Damas – SANA/ Avec la participation d’une grande délégation russe, la réunion mixte syro-russe pour le suivi des travaux de la conférence internationale sur le retour des réfugiés et des déplacés syriens qui avaient été obligés à quitter leur pays du fait des crimes des terroristes, a été ouverte ce matin au palais des Omeyyades à Damas.

Dans une allocution qu’il a prononcée à cette occasion, le chef du comité de coordination ministériel syro-russe, ministre de l’Administration locale et de l’Environnement au gouvernement chargé d’expédier des affaires courantes, Hussein Makhlouf, a indiqué que cette réunion vise à suivre les résultats de la conférence internationale sur le retour des réfugiés, soulignant l’amélioration remarquable de la situation sécuritaire dans le pays qui a abouti au retour de 5 millions réfugiés jusqu’à présent.

“Malgré les mesures coercitives et unilatérales imposées par les pays occidentaux et les Etats-Unis, l’Etat syrien a pris toutes les mesures et les dispositions qui avaient constitué une base importante pour le retour des réfugiés syriens à leurs maisons, et ce, à travers la création d’un climat législatif favorable au retour et la fourniture des conditions de vie digne”, a-t-il expliqué, soulignant la poursuite de l’action à un rythme accéléré pour faciliter les mesures de leur retour dans tous les domaines.

Il a affirmé que l’Etat syrien accorde un grand intérêt à la redynamisation des secteurs économiques, notamment l’industrie, pour soutenir l’augmentation de la production pour assurer les besoins du pays.

De même, Makhlouf a indiqué que les réseaux terroristes soutenus par le régime turc n’avaient pas permis aux familles et aux individus de sortir des zones de leur déploiement et qu’ils leur avaient exercé des pressions, mis le feu dans les récoltes et coupé l’eau de l’Euphrate et l’eau potable.

Il a ajouté que les Etats-Unis volent, à travers leurs mercenaires, les richesses naturelles et les récoltes agricoles dans la région syrienne, Jazira, ainsi que le pétrole pour le vendent d’une façon illégale.

De son côté, le chef du comité de coordination ministériel mixte en Russie, chef du centre National de contrôle de la défense de la Fédération de Russie, le général Mikhaïl Mizintsev, a souligné que les Syriens qui retournent dans le pays obtiennent de soins médicaux, des aides alimentaires, l’enseignement, des opportunité de travail, ainsi qu’un accès rapide aux lieux de résistance qu’ils choisissent.

Il a souligné la nécessité de renforcer les efforts de la communauté internationale pour fournir de l’aide humanitaire au peuple syrien et aider le gouvernement à assurer les circonstances appropriées pour le retour des Syriens à leurs zones.

Il a mis en garde contre les mesures occidentales imposées à la Syrie, lesquelles entravent la reconstruction dans le pays.

Dans une allocution similaire, le ministre des Affaires étrangères et des Expatriés au gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes, Fayçal Miqdad, a indiqué que la question du retour des réfugiés syriens est toujours soumise à une sévère politisation et à des pressions qui visent à empêcher le retour des réfugiés dans leur pays d’origine, afin d’atteindre un objectif politique, ce qui se contredit avec les objectifs de la Charte des Nations unies et avec l’intérêt national de l’Etat syrien.

Miqdad a ajouté que les derniers aspects de politisation étaient la tenue de la soi-disant «Cinquième conférence de Bruxelles pour soutenir l’avenir de la Syrie et de la région» en mars dernier, sans la participation du gouvernement syrien ni sa consultation, dans le but d’y faire pression, en utilisant les réfugiés syriens comme une carte politique pour atteindre les objectifs d’un certain nombre de pays occidentaux.

Miqdad a expliqué que la réunion vise à suivre l’action sur les résultats de la conférence pour le retour des réfugiés et à passer en revue ce qui a été accompli sur le terrain pour assurer leur retour dans leur pays.

La réunion vise également, selon Miqdad, à continuer à faire face à la politisation de la question des réfugiés syriens par les pays occidentaux, en particulier ceux qui parrainent la Conférence de Bruxelles.

Pour sa part, le ministre-adjoint des Affaires étrangères au gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes, Ayman Soussane, a affirmé le retour des dizaines de milliers de personnes déplacées en Syrie à leurs maisons dans leur leurs villes et villages, en plus du retour en Syrie des milliers de réfugiés syriens qui se trouvent à l’étranger depuis la tenue en novembre 2020 de la Conférence internationale sur le retour des réfugiés.

Il a assuré que le gouvernement syrien continuera à prendre toutes les mesures pour faciliter le retour les réfugiés et leur assurer des conditions de vie digne.

Il a fait savoir que la poursuite de l’entrave par certains pays du retour des réfugiés et l’exploitation de leur souffrance au profit de leurs agendas hostiles constituent une violation flagrante du droit humanitaire international.

L’envoyé spécial du président russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev, a, de son côté affirmé que la priorité aujourd’hui est accordé au retour de la vile normale en en Syrie, à la reconstruction de l’économie et à la création des conditions appropriées pour le retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leurs lieux de résidence permanents, faisant noter que le nombre de ceux qui souhaitent retourner chez eux est important.

Lavrentiev a souligné l’effet destructeur des mesures unilatérales illégales imposées à la Syrie, affirmant la nécessité de mettre fin à la sanction collective visant le peuple syrien.

Pour sa part, le Représentant spécial du Président de la Fédération de Russie, l’ambassadeur de Russie à Damas, Alexander Yevimov, a souligné les efforts conjoints menés par la Syrie et la Russie pour aider au retour des réfugiés syriens et des personnes déplacées dans  leur pays.

L’ambassadeur de Russie a indiqué que les mesures coercitives et unilatérales imposées à la Syrie sont l’un des principaux obstacles entravant le retour complet du pays à une vie normale.

 

L.S./ D.H./ L.A.

Check Also

Cueillette des olives dans la localité d’al-Qamssiyah dans la banlieue de Tartous (photos)