Jaafari : La Syrie réclame au CS d’adopter un projet de résolution obligeant les pays membres de collaborer dans l’éradication des terroristes étrangers

New York-SANA / La Syrie a réclamé de poursuivre les efforts au sein du Conseil de sécurité pour adopter un projet de résolution alternatif et décisif sous le chapitre VII de la Charte obligeant tous les pays membres à collaborer pour éradiquer le phénomène des terroristes étrangers, à garantir l’engagement des pays concernés à en rapatrier leurs terroristes, à leur demander des comptes pour leurs crimes et à adopter des mesures dissuasives à leur encontre pour prendre part aux efforts internationaux dans le but de débarrasser le monde entier du phénomène du terrorisme.

Lors d’une séance tenue aujourd’hui par le Conseil de sécurité via la vidéoconférence pour débattre la situation en Syrie, l’ambassadeur permanent de Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari, a dit : « Le Conseil de sécurité a voté à la fin du mois dernier sur un projet de résolution relatif à la lutte antiterroriste, lequel contribuerait à traiter l’une des raisons de la faiblesse et à combler un écart important dans ce domaine en réclamant aux pays membres de l’ONU de rapatrier, traduire en justice et de réhabiliter ses ressortissants terroristes transfrontaliers ou les « combattants terroristes étrangers » pour débarrasser les pays où ces terroristes se trouvent de leurs crimes. Mais, les consultations menées avant le vote ont démontré l’insistance de certains pays européens représentés dans le Conseil sur leur position égoïste et irresponsable rejetant de rapatrier et de demander des comptes à leurs ressortissants terroristes ».

« La Syrie a été visée durant les années passées par une guerre terroriste sauvage, dans laquelle des pays bien connus ont enrôlé des terroristes étrangers, leur ont apporté toute forme de soutien et ont facilité leur infiltration via la frontière avec la Turquie pour déstabiliser la Syrie, porter atteinte à sa souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Syrie et à son rôle dans la région et préluder aux actes d’agression et d’occupation sous des prétextes falsifiés, qu’est la lutte anti-Daech », a-t-il précisé.

Jaafari a également a affirmé que la Syrie recondamne la ligne sélective adoptée par certains pays membres vis-à-vis de la lutte contre la menace que le terrorisme représente sur la paix et la sécurité internationales.

Jaafari a insisté sur la constance de la position de la Syrie disant que le succès de tout règlement politique, la stabilisation de tous les territoires syriens et l’amélioration de la situation humanitaire dans ce pays impliquent la lutte antiterroriste et le rapatriement par les pays concernés de leurs terroristes d’Idleb, contrôlé par le réseau terroriste du Front Nosra et d’autres entités terroristes, ainsi que du camp d’al-Hol, dirigé par les forces d’occupation américaines et les milices séparatistes vassales.

Il a de même fait allusion aux informations disponibles sur les préparatifs des éléments des deux réseaux des « Casques blancs » et du « Front Nosra » terroristes de commettre un nouveau crime chimique dans la ville d’Ariha et dans la zone de Bassames dans le nord-ouest de la Syrie sous la supervision des Tucs, faisant savoir qu’ils avaient élaboré la mise en scène, enlevé des enfants et préparé certaines personnes prises en otage pour les utiliser dans leur crime en vue d’en accuser ensuite l’armée arabe syrienne et de lancer un prétexte afin d’occuper la ville d’Idleb et sa banlieue d’une manière publique et de viser tous les aéroports syriens.

« La Syrie réitère son engagement au règlement politique qui se base sur le dialogue inter-syrien sous une direction syrienne et loin de toute intervention étrangère, à l’ombre du respect total de tous les pays membres du Conseil de sécurité et ailleurs de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de la Syrie », a-t-il souligné.

Jaafari a indiqué que les pays mentionnés doivent s’engager aux règles de l’action du comité de débat de la constitution et ne pas y intervenir, disant : « En parallèle, la Syrie poursuivra la lutte antiterroriste et la stabilisation de tous ses territoires ».

A.Ch.

Check Also

L’Egypte, Chypre et la Grèce: Le règlement en Syrie est politique en se basant sur le respect de sa souveraineté et son intégrité territoriale

Nicosie-SANA/  Chypre, l’Egypte et la Grèce ont affirmé l’importance de respecter la souveraineté et l’intégrité …