Ala : La Syrie est la plus soucieuse à la protection de ses citoyens

Genève-SANA / L’ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU et aux organisations internationales à Genève, Hussam Eddine Ala, a affirmé que l’Etat syrien est le plus soucieux à la protection de ses citoyens sur tous les territoires syriens, soulignant que les opérations de la purification des territoires syriens à Idleb et à Alep du terrorisme sont compatibles avec ses engagements internationaux dans la lutte contre le terrorisme et ses engagements nationaux dans la protection de ses citoyens et la préservation de l’unité et de l’intégrité de ses territoires face au terrorisme et à l’occupation.

Dans un message qu’il a adressé au Haut-commissaire aux Droits de l’homme, Mme Michelle Bachelette, en réponse à son communiqué et aux déclarations données par le porte-parole de son bureau sur la situation en République arabe syrienne, Ala a dit : « Le contenu du communiqué et les déclarations données par le porte-parole sur l’attaque délibérée contre les civils et les infrastructures civiles sont dépourvus de tout fondement et rejetés, vu qu’ils sont de tromperie et qu’ils déforment les faits en présentant une image déformée à cet égard ».

Ala a assuré que le communiqué s’était basé sur une approche erronée ignorant les objectifs de l’opération militaire dans les deux gouvernorats d’Alep et d’Idleb de libérer la population là-bas de l’hégémonie des réseaux terroristes, classés par le Conseil de sécurité comme entités dépendant du réseau d’Al-Qaïda, telles que le Front Nosra et les autres groupements terroristes extrémistes alliés, lesquels regroupent des milliers de terroristes étrangers que le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan avait faits entrer via la frontière turque en Syrie pour y imposer un type de vie qui n’est pas différent dans son extrémisme et sa criminalité du type de vie imposé par le réseau terroriste « Daech » dans les zones qu’il s’emparait en Syrie et en Irak.

Et Ala d’ajouter : « Ce qui est étonnant dans le communiqué du Haut-commissaire, c’est qu’il n’a pas mentionné les réseaux terroristes et leurs crimes et qu’il les qualifie de groupes armés ».

Ala s’est également étonné de l’ignorance dans le communiqué de la présence militaire turque illégale qui transgresse le droit international et la Charte de l’ONU et de la responsabilité du gouvernement d’Erdogan des crimes que perpètrent ses forces armées et ses groupes mercenaires sur les territoires syriens.

« Au moment où nous attendons de la communauté internationale de soutenir les efforts de l’Etat syrien de se débarrasser du foyer du terrorisme sur son territoire et de l’occupation américaine et turque, nous nous étonnons de l’adhésion des parties de l’ONU à la réclamation d’arrêter notre quête à mettre fin à cette situation anormale à Idleb et Alep et à débarrasser nos citoyens du terrorisme qui les prennent comme boucliers humains », a-t-il fait noter.

Ala a précisé que l’Etat syrien avait pris des mesures appropriées en annonçant l’ouverture de trois corridors dans les zones de Hadher dans la banlieue d’Alep, à Abou Dhouhour dans la banlieue d’Idleb et à Habit dans la banlieue de Hama et avait appelé les civils à s’y rendre à partir du 13-01-2020.

« Simultanément avec l’évacuation des centaines de citoyens via les corridors mentionnés, les menaces du Front Nosra et le bombardement des corridors aux obus de mortier ont interdit aux autres civils d’y accéder et les avaient obligés à se déplacer en direction de la frontière turque », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que le 17 février en cours, l’Etat syrien avait annoncé l’ouverture de deux nouveaux corridors humanitaires à Miznar dans la banlieue d’Alep et à Mjeirez dans la banlieue d’Idleb afin d’accueillir les civils souhaitant sortir aux zones sûres.

Il a souligné que des milliers de Syriens étaient retournés à leurs zones libérées par l’armée arabe syrienne du terrorisme à Alep, Hama et Idleb, faisant savoir que l’armée avait assuré hier l’entrée des dizaines de familles dans la ville de Maarret Nou’man dans la banlieue d’Idleb en prélude à leur retour après le parachèvement des travaux de réhabilitation des infrastructures et des services.

Rappelant de son engagement à satisfaire les besoins humanitaires de ses citoyens partout sur les territoires syriens, le gouvernement syrien indique que la souffrance humanitaire la plus sauvage est celle due au terrorisme économique qu’exercent les Etats-Unis et l’Union européenne en imposant des mesures coercitives unilatérales au peuple syrien en le privant du carburant pour réchauffement en cet hiver dur dans la région, des médicaments et du lait pour enfants syriens, faisant allusion à cet effet à la poursuite du pillage par les Etats-Unis du pétrole syrien.

A.Ch.

Check Also

Le 29 mai.. l’une des pages d’honneur dans l’histoire de la Syrie

Damas –SANA/ Le 29 mai de l’an 1945, est l’une des pages de sacrifices et d’honneur …