Le président al-Assad : La bataille de la libération de la banlieue d’Alep et d’Idleb se poursuit

Damas-SANA / Le président Bachar al-Assad a affirmé que l’armée arabe syrienne ne renoncera point à ses devoirs nationaux et restera toujours comme elle l’était, une armée du peuple et pour le peuple.

Dans une allocution télévisée à l’occasion de dernières batailles de libération, le président al-Assad a salué avec constance et fermeté les habitants d’Alep, assurant que ce salut leur avait été adressé par l’armée arabe syrienne sur les corps de ses soldats.

Le président al-Assad a dit : « Au moment de la libération de la ville d’Alep à la fin de l’an 2016, nous avons dit que la période avant la libération d’Alep ne sera point comme après. Je me suis basé sur ma connaissance d’en quelle direction nos forces armées tirent par leurs cœurs et raisons et je me suis basé sur ma certitude que le patriotisme des habitants d’Alep et leur dévouement à leur patrie et à leur armée reverseront les comptes des ennemis, chose qui est arrivé ».

Et le président al-Assad d’ajouter : « Des années sont passées de bombardement violent et sauvage qui a visé la majorité des quartiers et qui a fait des dizaines de milliers de martyrs et de blessés, des orphelins et des veuves, ainsi que des années du siège sans eau, électricité ou autres besoins de premières nécessités pour qu’Alep capitule avec sa population. A chaque roquette perfide qui s’était abattue sur Alep, les ennemis avaient l’espoir de transformer Alep en une autre ville qui ne se trouvait pas tout au long de l’histoire, une Alep qui ne forme pas avec sa jumelle Damas les deux ailes via lesquelles la patrie survole ».

Le président al-Assad a fait savoir que « bien que la libération de la ville en 2016 n’ait pas réalisé la sécurité escomptée dans la ville à l’époque et ait resté sous l’attaque aux roquettes perfides et lâches, et bien que la victoire aujourd’hui dans la bataille ne signifie pas la victoire dans la guerre, ceci se trouve dans la logique militaire abstraite qui se base sur les fins et les résultats, mais dans la logique patriotique, la victoire commence avec le début de la fermeté, même si elle était du premier jour. De par cette logique, Alep a réalisé la victoire, ainsi que la Syrie, nous avons tous réalisé la victoire sur la crainte qu’ils avaient tentée de semer dans nos cœurs, nous avons triomphé des illusions qu’ils avaient tentées de semer dans nos raisons et nous avons triomphé de la partition, de la haine, de la trahison et de tous ceux qui représentent, portent et exercent ces caractéristiques. Nous réalisons que cette libération ne signifie ni la fin de la guerre, ni la chute des plans, ni la disparition du terrorisme, ni la capitulation aux ennemis, mais elle signifie bien de les écraser en prélude à la défaite complète, tôt ou tard ».

« Cela ne signifie pas également de ne pas perdre l’élan, mais de se préparer aux futurs combats, c’est pourquoi, la bataille de la libération de la banlieue d’Alep et d’Idleb se poursuit sans prendre en compte certaines bulles sonores vides venant du nord », a-t-il ajouté.

Le président al-Assad a fait noter que l’armée arabe syrienne ne renoncera point à ses devoirs nationaux et ne sera que comme elle l’était, une armée du peuple et pour le peuple.

Le président al-Assad a, en outre, rendu hommage à la mémoire des martyrs et aux blessés, saluant les héros de l’armée et des forces d’appui.

Le président al-Assad a aussi salué les frères, les amis et les alliés qui s’étaient tenus aux côtés de l’armée sur le terrain à Alep fidèle à sa patrie et à son histoire.

Et le président al-Assad de conclure : « Nos compatriotes à Alep, je vous félicite de la victoire via votre détermination, par laquelle nous mènerons la grande bataille, celle de la construction d’Alep, et de par la détermination de tous les Syriens, nous construirons la Syrie et nous poursuivrons la libération ».

A.Ch.

Check Also

Le régime turc reconnaît que l’un de ses soldats a été tué à Idleb

Idleb – SANA/ Le régime turc a reconnu aujourd’hui que l’un de ses soldats avait …