La Syrie à la conférence sur la lutte contre le terrorisme : Certains pays occidentaux et régionaux devront arrêter leur appui au terrorisme

Douchanbé-Sana/La Syrie a affirmé que le terrorisme est devenu le principal danger qui compromet la sécurité et la stabilité régionales et internationales, soulignant la nécessité de faire pression sur les pays qui continuent de soutenir le terrorisme en Syrie et dans la région pour qu’ils cessent de financer les terroristes par l’argent et les armes, et de mettre à exécution les résolutions du Conseil de sécurité sur la lutte contre le terrorisme.

Dans une allocution qu’il a prononcée au nom de la Syrie à la conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme et ses sources de financement tenue dans la capitale du Tadjikistan, Douchanbé, l’ambassadeur de Syrie à Téhéran, Adnan Mahmoud, a affirmé que la tenue de cette conférence intervient au moment  où le terrorisme constitue la principale menace pour la sécurité et la stabilité régionales et internationales.

Il a souligné que la Syrie confronte depuis plus de huit ans, une guerre terroriste visant le peuple syrien, ses infrastructures et ses institutions et services économiques.

L’Ambassadeur Mahmoud a précisé que le peuple et l’armée en Syrie, en coopération avec les pays alliés, avaient pu vaincre le terrorisme dans la plupart des territoires syriens, soulignant la détermination de l’Etat syrien à éliminer le terrorisme et à mettre fin à la présence étrangère illégale sur son territoire.

Mahmoud a souligné la contribution de certains pays au soutien au terrorisme et à la facilitation de l’entrée en Syrie des terroristes venant de plus de 90 pays, en violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité sur la lutte contre le terrorisme.

“La guerre contre le terrorisme ne se limite pas à une zone géographique déterminée, mais elle doit être globale dans laquelle les efforts de tous les pays sont unis dans la responsabilité de lutter contre le terrorisme et les réseaux terroristes», a-t-il fait savoir.

L’ambassadeur Mahmoud a enfin souligné la nécessité d’annuler les mesures économiques coercitives unilatérales qui constituent un terrorisme économique visant la Syrie et certains pays de la région qui refusent toute ingérence dans leurs affaires intérieures et toute atteinte à leur souveraineté et à leur décision autonome.

Le président de Tadjikistan, Ali Rahmonov, a souligné, dans son allocution d’ouverture de la conférence, la nécessité de s’abstenir d’utiliser la politique de double critère dans le traitement avec les réseaux terroristes extrémistes, appelant la Communauté internationale à œuvrer pour arrêter tout appui politique, militaire et financier au terrorisme.

Pour sa part, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Oleg Syromolotov, a appelé à la formation d’un front élargi pour la lutte antiterroriste sur la base du droit international et de l’exécution efficace des résolutions du Conseil de sécurité y relatives, sans aucune politisation.

Le président du Département de la lutte contre le terrorisme au ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Malki, a affirmé l’importance de renforcer la coopération régionale et internationale pour bloquer le financement du terrorisme conformément aux droits internationaux et à la Charte de l’ONU.

 

R.Bittar

Check Also

Abdul-Mahdi et Lavrentiev discutent de la situation en Syrie

Bagdad-SANA/Le Premier ministre irakien Adel Abdul-Mahdi, et l’envoyé spécial du président russe en Syrie, Alexander …