L’ambassadeur Ala : La Syrie a confronté un terrorisme commandité par des pays régionaux et internationaux

Genève-SANA / L’ambassadeur Hussan Eddine Ala, ambassadeur permanent de la Syrie auprès de l’ONU et des autres Organisations internationales à Genève, a indiqué que la Syrie avait confronté durant les années passées une campagne de terrorisme organisée visant et menaçant son unité et son intégrité territoriale, avait fait l’objet d’un embargo visant les secteurs fondamentaux et avait connu une occupation qui pille ses ressources naturelles.

Dans une intervention lors du « dialogue interactif avec la commission d’enquête sur la Syrie », dans le cadre des travaux de la 46e session du Conseil des droits de l’Homme, Ala a souligné la nécessité de lever les mesures coercitives imposées au peuple syrien, qui transgressent le droit de l’Homme et qui entravent l’action des Organisations onusiennes humanitaires.

L’ambassadeur Ala a précisé que cette commission et ses rapports avaient échoué à parvenir à n’importe quel résultat crédible, car ils ont échoué à aborder les défis visant la Syrie et les véritables raisons de la souffrance du peuple syrien.

L’ambassadeur Ala a fait savoir que durant les années passées, le gouvernement syrien a fait son devoir dans la protection de ses citoyens des crimes perpétrés par les groupes terroristes et dans la confrontation de l’occupation américaine, turque et israélienne.

« Dans les régions nord-est de la Syrie, l’occupant américain et la milice qu’il soutient, volent le pétrole et le blé et les font passer en contrebande vers l’extérieur via des postes frontaliers illégaux », a-t-il fait noter.

Et Ala de poursuivre : « L’occupant américain continue à interdire la fermeture du camp de Rukban et l’évacuation des civils après qu’il ait transformé la zone en un camp pour l’entraînement des terroristes pour qu’ils visent ensuite les infrastructures, les convois humanitaires et les agglomérations résidentielles ».

Ala a affirmé que les pays occidentaux, qui avaient ignoré le voyage de ses citoyens impliqués dans le terrorisme en Syrie, refusent de les rapatrier avec leurs familles du camp d’al-Hol.

Ala a indiqué que le réseau terroriste du « Front Nosra » à Idleb commet des violations graves des droits de l’homme sous la protection du régime turc qui garantit les groupes terroristes et continue à prendre les civils comme boucliers humains en interdisant aux habitants de se rendre au couloir humanitaire ouvert par le gouvernement syrien et aux étudiants de présenter leurs examens dans les centres appartenant à l’Etat.

« Après la stabilisation de la majorité des régions syriennes, il est devenu une nécessité nationale de les reconstruire et réhabiliter et d’assurer le retour des personnes déplacées », a-t-il dit, soulignant que la conférence sur les réfugiés tenue à Damas à la fin de l’année passée avait eu lieu dans le cadre des efforts faits afin d’assurer le climat approprié pour leur retour.

Il a fait savoir que les déclarations américaines et européennes démontrent que l’objectif des mesures coercitives et unilatérales est d’affamer le peuple syrien et de le sanctionner pour ses choix politiques.

A.Ch.

Check Also

Réception à l’occasion du 77e anniversaire de l’indépendance de l’Indonésie

Damas-SANA / L’ambassade de la République d’Indonésie à Damas a organisé à l’hôtel Dama Rose …