Les tentatives de Washington pour intervenir à Venezuela sont vouées à l’échec

Caracas-SANA/ Après le Vietnam, la Libye, le Panama, l’Irak et l’Afghanistan, les Etats-Unis planifient, dans une violation flagrante du droit international, de faire une intervention militaire à Venezuela qui adopte une politique libre et indépendante et qui affronte à cause de ses positions, depuis le 23 de janvier en cours, des tentatives systématiques pour la déstabiliser.

Dans ce contexte, le journal « The Wall Street » a dévoilé que les autorités américaines avaient préparé avant quelques semaines un «plan clandestin» pour renverser le régime de Venezuela, indiquant que le vice-président américain, Mike Pence, avaient mené des contacts avec Juan Guido, le 23 janvier en cours pour le promettre de lui apporter le soutien, s’il s’est proclamé président temporaire du Venezuela.

La Russie a mis en garde contre l’intervention extérieure aux affaires intérieures à Venezuela qui contribuera à escalader la situation.

De son côté, le Groupe de Lima, qui regroupe 17 pays, a refusé toute intervention militaire à Venezuela.

En outre, la Russie, la Chine, la Syrie, l’Iran, Cuba et l’Union africaine qui regroupe 55 pays, ont affirmé leur soutien au président vénézuélien, Nicolás Maduro, alors que la cour supérieure à Venezuela a qualifié d’illégaux les comportements de l’opposition.

Maduro a fait savoir que les interventions américaines visent à porter atteinte à la résistance du peuple vénézuélien pour que Washington puisse dominer un nouveau pays en Amérique latine.

Maduro a précisé que la raison principale de cette offensive américaine est de s’emparer du pétrole du Venezuela, dont la réserve du pétrole est le plus grande dans le monde et celle de gaz est la 4e dans le monde.

Cette orientation hostile de l’administration américaine envers les pays du monde se poursuit car Washington ne respecte ni la loi ni les chartes internationales, mais il cherche ses propres intérêts au détriment de ceux des populations.

R.F. /L.A.

Check Also

Le ministère des Affaires sociales et du Travail examine avec l’OIT la réactivation de la coopération technique

Beyrouth-SANA/ Le ministre adjoint des Affaires sociales et du Travail aux affaires du travail, Mohammad …